Les débouchés

Lorsqu'une collectivité fait le choix de faire appel au tri-compostage pour le traitement de ces déchets, elle doit garder à l'esprit que la pérennité des débouchés aval influera grandement sur le projet à mettre en œuvre.

Notre fédération préconise fortement de mener des études approfondies sur les éventualités locales, les besoins en matière d'amendement organique et la recevabilité du monde agricole au futur compost.

La production d'un compost à la norme NFU 44-051 est un minima auquel il faut s'attacher mais cela ne représente pas une fin en soi.

Les efforts constants qui doivent être menés et la connaissance des données agronomiques du produits sont incontournables pour valoriser la filière.

 

Cette rubrique aura donc pour but de vous présenter les différentes expérience menées par nos membres, dans l'optique d'une valorisation pérenne des compost qu'ils produisent

Transformation des refus en CSR

Dès 2014, la FNCC a commandé une étude de faisabilité pour l'utilisation des refus de tri-compostage comme combustible solide de récupération.

Menée par Michel NOUGARET, avec le soutien financier de l'ADEME, cette étude conclue à la forte possibilité de transformation des refus légers, fortement composés de plastiques, en CSR.

"Plusieurs caractéristiques physico-chimiques des refus de tri-compostage ont été mesurées pour les comparer aux exigences des utilisateurs de CSR, et ce pour deux types de refus :

- les refus primaires issus de la préparation des déchets avant compostage,

- les refus d'affinage issus de la purification des composts après fermentation.

Globalement en l'état actuel de leur production, ils ne sont pas conformes pour la majorité des critères mesurés, mais les refus sont très divers et on peut distinguer les tendances suivantes, avec une très faible variation saisonnière :

 

Les essais en basse Provence

Le Syndicat Mixte Sud Rhône Environnement basé à Beaucaire, a tenu à mettre en place dès 2008, un protocole d'essais sur plusieurs cultures typiques de la région.

C'est ainsi qu'entre 2008 et 2012 ont été suivies les incidences des apports de compost issus du tri-compostage d'ECOVAL30 sur:

  • La vigne (avec mini vinification au terme de l'expérience)
  • Le riz et le blé, en alternance de 2 ans
  • Les pêches et nectarines

En partenariat avec le Centre de Recherche sur les Fruits et Légumes, le Centre Français du Riz et les Chambres d'Agriculture du Gard et des Bouches-du-Rhône, l'expérimentation a donné des résultats rassurants et prometteurs, apportant la preuve qu'aucun transfert d'ETM (éléments traces métalliques) n'était contaté dans les fruits ou les plantes.

Par ailleurs, les sols viticoles, fortement pollués par le cuivre après plusieurs decennies de sulfate de cuivre, ont retrouvé une vie microbienne satisfaisante sur la parcelle amendée.

Ce qui prouve que l'apport de matière organique permet au sol de revivre normalement.

Lire le rapport de synthèse ici

Les essais dans les Landes

En partenariat avec la Chambre d'Agriculture des Landes, le Sictom du Marsan, a organisé un protocole d'essais, pour comprendre et vérifier le bon comportement du compost issu de l'UVO de Saint-Perdon, sur des cultures de maïs.

A la suite de 2 années d'expérimentation, les premiers résultats sont très satisfaisants.

Voir le rapport de synthèse pour les années 2017 et 2018

Pour autant, il faudra vraisemblablement attendre encore 3 années supplémentaires pour déterminer des tendances agronomiques certaines.

La FNCC suit ce travail avec attention, même s'il semble confirmer les informations déjà révélés par les essais réalisés par Sud Rhône Environnement entre 2008 et 2012

Résultats 2018

Voici comme chaque année désormais, les résultats de notre base de données 2018.

21 des 23 Unités de Valorisation Organique que compte notre Fédération ont transmis leurs analyses (138 au total).

Les 2 autres sites étaient en rénovation ou modernisation.

Le résultat global est plus que satisfaisant puisque nous constatons une amélioration constante des résultats, avec un taux de conformité

à la Norme NFU 44-051 supérieur à 94% (seulement 8 lots sur 138 n'ont pu être épandus).

evolution taux norme

L'intérêt réside également dans le fait que 80% de ces UVO présentent des lots répondant aux critères du label TERROM

Pour connaitre plus en détail les autres critères de qualité qui s'imposent cliquer ici

Détails des résultats 2018

Plus en détail, nous pouvons constater une amélioration constante des performance et de la qualité de l'ensemble de nos unités de valorisation.

ORGANIQUE:

 organique

 

Voilà plusieurs années que les valeurs agronomiques des composts issus de nos unités sont largement plus performantes que les seuils minimaux fixés par la Norme.

IMPURETES

Pour ces éléments également les performances s'améliorent.

marge manoeuvre

Nous pouvons d'ailleurs constater que certains sites présentent des résultats proches de zéro.

verres18    film pse18  plast 18

ELEMENTS TRACES METALLIQUES:

Le faible taux des ETM les plus polluants est un marqueur de l'efficacité des collectes séparatives mises en place par les collectivités.

Il en résulte des taux bien inférieurs aux limites de la norme, y compris pour certains ETM considérés comme oligo-éléments nécessaires à la vie des plantes.

etm 2018

Cette nouvelle batterie d'analyses prouve que le discours anti tri-compostage ne s'appuie sur aucune base scientifique et que notre filière doit plus se battre contre des concepts idéologiques que factuels.

Résultats 2017

Afin d'apporter toutes les informations utiles sur le tri-compostage et surtout tordre le cou aux fausses informations,

la FNCC s'est attachée à compiler la totalité des analyses réalisées par les UVO de ses collectivités membres.

Ainsi,sur 103 analyses réalisées en 2017, dans les 17 unités en fonctionnement ( 2 étant en travaux pour modernisation), plus de 90% des lots sont totalement conformes à la norme NF U44-051.

En 2015, ce taux était de 88,20 %. La tendance reste stable même si les marges de progression existent encore.

evol conformit 17        

Détails des résultats 2017

Voici sous forme de graphique, les différents élement essentiels à observer sur la qualité des composts produits par les adhérents de la FNCC

AGRONOMIE.

MS et CsurN

Le taux de matière sèche donne la richesse du compost

Le rapport C/N permet de connaitre comment la plante va réagir aux apports (plus le taux est élevé et moins les composts ne créent de nitrates source de pollution.)

LES ELEMENT TRACES METALLIQUES

La norme identifie 9 ETM avec des seuils maximum. L'ensemble des analyses démontrent queles limites de ces éléments ne sont jamais dépassées.

 

Résultats 2016

Afin d'apporter toutes les informations utiles sur le tri-compostage et surtout tordre le cou aux fausses informations,

la FNCC s'est attachée à compiler la totalité des analyses réalisées par les UVO de ses collectivités membres.

Ainsi,sur 137 analyses réalisées en 2016, dans les 19 unités en fonctionnement, plus de 90% des lots sont totalement conformes à la norme NF U44-051.

En 2015, ce taux était de 88,20 %. Nous sommes loins des 40% annoncés par l'ex-ministre de l'environnement lors des débats de la LTECV

taux de conformit        

Détails des résultats 2016

Voici sous forme de graphique, les différents élement essentiels à observer sur la qualité des composts produits par les adhérents de la FNCC

AGRONOMIE.

MS et CsurN

Le taux de matière sèche donne la richesse du compost

Le rapport C/N permet de connaitre comment la plante va réagir aux apports (plus le taux est élevé et moins les composts ne créent de nitrates source de pollution.)

LES ELEMENT TRACES METALLIQUES

La norme identifie 9 ETM avec des seuils maximum. L'ensemble des analyses démontrent que ces élémentsne sont jamais dépassés.

 

Conformité à TERROM

Depuis la publication du label TERROM, les UVO adhérentes de la Fédération ont mis les bouchées doubles pour atteindre, de façon régulière, les seuils qui ont été fixés par cette démarche certifiante.

Certaines ont engagé, avec succés, une démarche de certification ISO, leur permettant d'inclure dans une logique opérationnelle, non seulement les bonnes pratiques d'exploitation, mais également les meilleures techniques de valorisation.

Le résultat s'en est fait vite sentir puisqu'aujourd'hui, 80% des UVO répondent aux critères du label.

conformit terrom

Ces unités engagent donc, désormais, une démarche de validation du label.

Nous vous tiendrons informés des certifications obtenues.

Lancement TERROM

Le 10 novembre, la certification labellisanteterrom mini a vu le jour officiellement.

Notre dépliant synthétique est

Ce référentiel qualité, élaboré par les professionnels et les maitres d'ouvrages du tri-compostage et du tri-méthanisation-compostage Vise à assurer une démarche de qualité sur les composts issus des déchets ménagers.

Il inscrit la démarche dans la continuité et instaure le principe d'amélioration continue

Vous pouvez consulter le cahier des charges ICI.

N'hésitez pas à prendre contact avec nous pour plus de détails